Morihei UESHIBA Senseï. 1. En montant sur le tapis et en le quittant, vous devez saluer.
2. Saluez toujours en direction du SHOMEN et du portrait du fondateur
3. Respectez vos instruments de travail. Le GI (tenue de pratique) doit être propre et en bon état, les armes rangées lorsqu'elles ne sont pas utilisées.
4. Ne vous servez jamais d'un GI ou d'armes qui ne vous appartiennent pas.
5. Quelques minutes avant la pratique, vous devez être échauffé, assis en seiza, tous sur une même ligne. Ces quelques minutes permettent à votre esprit de faire le vide, de se débarrasser des problèmes de la journée et préparent à l'étude.
6. Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d'être à l'heure pour y participer mais si vous arrivez en retard, vous devez attendre à côté du tapis jusqu'à ce que l'enseignant vous fasse signe de vous joindre au cours. Saluez en montant sur le tapis. Veillez aussi à ne pas perturber le cours.
7. La façon correcte de s'asseoir sur le tapis est la position en seiza. Mais si vous êtes blessé au genou, vous pouvez vous asseoir en tailleur. N'allonger jamais les jambes et ne vous adossez pas au mur ou à un poteau. Vous devez être disponible à chaque instant.
8. Ne quittez pas le tapis pendant la pratique sauf en cas de blessure ou de malaise.
9. Quand le professeur montre une technique, vous devez rester assis en seiza et regarder attentivement. Après la démonstration, saluez un partenaire et commencez à travailler.
10. Dès que la fin de la technique est annoncée, arrêtez immédiatement votre mouvement, saluez votre partenaire et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne.
11. Ne restez jamais debout sur le tapis sans travailler. S'il le faut, restez en seiza en attendant votre tour.
12. Si pour un raison ou pour une autre vous devez absolument poser une question au professeur, allez vers lui, ne l'appelez jamais : saluez-le avec respect et attendez qu'il soit disponible. (Un salut debout suffit dans ce cas).
13. Quand le professeur vous montre un mouvement en particulier pendant le cours, mettez-vous à genoux et regardez attentivement. Saluez-le lorsqu'il a terminé. Quand il corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de travailler pour regarder. Asseyez-vous en seiza et saluez de même.
14. Respectez les pratiquants les plus gradés. Ne discutez jamais à propos de technique.
15. Vous êtes là pour travailler, non pour imposer vos idées aux autres.
16. Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu'un qui ne le connaît pas, vous pouvez le guider. Mais n'essayez pas de corriger si vous n'avez pas le niveau YUDANSHA (ceinture noire).
17. Parlez le moins possible sur le tapis.
18. Ne vous prélassez pas sur le tapis avant ou après le cours. Il est réservé à ceux qui désirent pratiquer.
19. Le tapis devrait être balayé chaque jour avant les cours et en fin de journée. Chacun est responsable de la propreté du dojo.
20. Il est interdit de manger, boire, fumer, mastiquer du chewing-gum sur le tapis et en dehors pendant la pratique ni sur le tapis à n'importe quel moment .
21. Le port des bijoux est à proscrire pendant la pratique.
22. On dit habituellement ' Onegaï shimasu ' (litt. : je vous fais une requête, s'il vous plait) au moment du salut du début du cours et ' Arigatoo gozaïmashita ' (merci) en fin de cours.
23. Il convient de faire son possible pour respecter l'harmonie du dojo et donner de la plénitude à la pratique.
Morihei UESHIBA Senseï plus jeune.

Vous pouvez inviter quiconque à venir regarder un cours à n'importe quel moment, à condition que les règles suivantes soient observées :

1. Prenez place avec discrétion, ne posez jamais les jambes sur un meuble et n'adoptez pas une position semi-allongée.
2. Il est interdit de boire ou de manger pendant les cours.
3. Ne parlez à personne se trouvant sur le tapis.
4. Ne vous promenez pas pendant que le professeur montre ou corrige un mouvement.
Bien qu'il y ait de nombreuses règles d'étiquette à assimiler, elles viendront naturellement avec une pratique régulière.
Ne soyez pas vexé si on vous corrige un détail, car chacun est important pour la sécurité de tous et a un but éducatif précis.
L'Aïkido n'est pas une religion mais une éducation et un perfectionnement de l'esprit.
Idéogramme chinois 'Ki', la 'force de vie'. La calligraphie est signée 'Tsunemori', un nom de plume adopté par Morihei Ueshiba après ses soixante-dix ans. Reishiki (l'étiquette) Dans le language courant, l'étiquette est l’ensemble des formes cérémonieuses qui constituent les règles de comportement et de bienséance à observer dans un cadre donné comme, par exemple, la cour d’un monarque, ou lors d'une reception officielle.
REISHIKI, qui est le terme employé en aïkido pour désigner l'étiquette, revêt une importance primordiale.
En effet les arts martiaux reproduisent des situations de combat dans un cadre pacifique (entraînement). L'étiquette vise à garantir l'intégrité physique (éviter les blessures) et mentale (éviter les situations de domination) des pratiquants, mais aussi de garder à l'esprit que l'on est en situation de combat, ce qui fait la différence avec d'autres activités sportives.
« REI se traduit simplement par salut. Mais il englobe également les notions de politesse, courtoisie, hiérarchie, respect, gratitude.
REIGI (l’étiquette) est l’expression du respect mutuel à l’intérieur de la société. On peut aussi le comprendre comme le moyen de connaître sa position vis à vis de l’autre. On peut donc dire que c’est le moyen de prendre conscience de sa position.
Le caractère REI est composé de 2 éléments : SHIMESU et YUTAKA.
shimesu : l’esprit divin descendu habiter l’autel, yutaka : la montagne et le vase sacrificiel de bois qui contient la nourriture : deux épis de riz, le récipient débordant de nourriture, l’abondance. Ces deux éléments réunis donnent l’idée d’un autel abondamment pourvu d’offrandes de nourriture, devant lequel on attend la descente du divin… la célébration.
GI : l’homme et l’ordre. Désigne ce qui est ordre et qui constitue un modèle.
REIGI est donc à l’origine ce qui gouverne la célébration du sacré. Il est probable que ce sens se soit ensuite étendu aux relations humaines lorsqu’il a fallu instaurer le cérémonial qui régissait les relations hiérarchiques entre les hommes. »
Extraits de N. Tamura 'AÏKIDO - étiquette et transmission' cité dans l'Aïkido Flash (numéro 5 - septembre 2009) de l'Aïki Jinja.

Formes d'attaques

Saisies
Katate dori (Gyaku hammi)
Aï hammi katate dori
Ryote dori
Katate ryote dori (morote dori)
Kata dori
Kata dori men uchi
Ryokata dori
Muna dori

Saisies arrières (Ushiro waza)
Ushiro ryote dori
Ushiro ryohiji dori
Ushiro ryokata dori
Ushiro eri dori
Ushiro katati dori kubi shime

Frappes
Shomen uchi
Yokomen uchi
Chudan tsuki
Jodan tsuki
Mae geri

Techniques

Immobilisations de base (osae waza)
Ikkyo
Nikyo
Sankyo
Yonkyo
Gokyo

Variantes
Ude garami
Hiji kime osae

Projections de base (nage waza)
Irimi nage
Shihoo nage
Kote gaeshi
Kaiten nage
Tenchi nage
Kokyu hoo

Variantes
Sokumen irimi nage (Naname kokyu nage)
Juji garami
Ude kime nage
Aïkiotoshi
Sumi otoshi
Ushiro kiri otoshi

Appellations génériques
Kokyu nage
Koshi nage

Formes d'applications

Tachi waza
Hammi hantachi waza
Suwari waza


Kenji Tomiki fût le premier étudiant à obtenir le 8eme dan en Aikido par Morihei Ueshiba, le 11 Février 1940.

Le guide du débutant   Version imprimable
Enfants

L'aïkido et les enfants

Á partir d’une simulation d’attaque, le jeune aïkidoka apprend à gérer l’agression. Il ne s’agit plus de fuir l’agresseur mais bien, dans un premier temps, de lui faire face avant de se déplacer et d’esquiver. Cette discipline apporte à l’adolescent le calme, le bien-être, une meilleure concentration, une anticipation et une vivacité d’esprit.
Les nombreuses règles de comportement à respecter pour pratiquer l’aïkido sont nécessaires pour la sécurité de tous et ont un but éducatif précis. L’Aïkido est un système d’éducation et un perfectionnement du corps et de l’esprit. En plus des principes liés aux arts martiaux, droiture, esprit courageux et audacieux, courtoisie, honneur, loyauté, les adolescents apprennent le contrôle d’eux-mêmes, de leurs adversaires et l’esprit de groupe.
L’Aïkido est un moyen privilégié d’éducation, d’insertion sociale, de « rééquilibrage » personnel. Il repose sur le développement corporel, mais aussi sur le contrôle de soi, la formation de la personnalité, le sens de l’équipe, la loyauté, l’apprentissage de la vie en collectivité.
L’absence de compétition permet au pratiquant d’évoluer harmonieusement, sans se préoccuper de résultats, de classements, de catégories ou de performances sportives.

Textes extraits de diverses publications de la FFAAA par Eddy BAZIN pour l'Aiki no michi "L’Aïkido et les 18-25 ans"
Femmes

L'aïkido et les femmes

De prime abord, elles [les femmes] se sentent tout naturellement attirées par l’Aïkido du fait que cette discipline ignore la compétition. L’absence de compétition et la relativité absolue qui entourent la notion de victoire ou de défaite favorisent leur volonté de s’exprimer dans un art où la liberté est totale. Et l’engagement entre deux partenaires (et non pas des adversaires) n’est qu’un outil pédagogique pour progresser ensemble…
(…) Comme les femmes considèrent en général que les hommes sont plus forts qu’elles dans les arts martiaux (mais cela, c’est un préjugé dû à l’éducation des garçons et des filles), elles arrivent à en faire un complexe ! Mais la pratique de l’Aïkido, à contrario, permet d’éliminer ces différences entre garçons et filles. Avec le temps et la maîtrise, elles finissent par révéler leur nature intrinsèque et se découvrent souvent des forces insoupçonnées.

Extraits de Patricia Guerri, Les Dossiers de Karate-Bushido n°5, juillet 1999.
"L’Aïkido et les femmes"  "L’Aïkido au féminin"
Photo
Morihei UESHIBA Senseï.

L'aïkido et les seniors

L’Aïkido va permettre au pratiquant d’évoluer harmonieusement sans se préoccuper de résultats, de classements, de catégories ou de performances sportives. Sa recherche personnelle va l’orienter vers le dépassement de soi, le perfectionnement du mouvement basé sur le principe d’une répétition du geste, le transfert d’attitude d’une activité d’opposition vers une pratique de création, d’expression et de communication avec autrui. Il apprendra également à utiliser ses ressources et à gérer ses efforts. L’efficacité dans les comportements, la sécurité dans la pratique, le contrôle de soi le conduiront à préserver son capital santé.

D’après rencontre avec Dany Socirat, Aïkido Magazine juin 2004.